Charles Mériaux

  • Les volumes de l'Histoire de France étant destinés à devenir des classiques, nous en proposons les grands thèmes sous une forme plus accessible et moins volumineuse.
    Clovis, le premier, s'est désigné comme le " roi des Francs ", un titre que s'attribuera encore, des siècles plus tard, Louis-Philippe, et qui sera gravé, en 1836, sur le socle de l'obélisque de place de la Concorde. Charles Mériaux montre ici comment s'est construit l'espace politique de la France. Il pose la question des origines de la nation, en confrontant origines fantasmées et réalités historiques. Ces royaumes des Francs dessinent un monde à la charnière de l'Antiquité et du Moyen Âge naissant, au moment où s'efface la gloire de Rome.

  • L'histoire a longtemps juxtaposé des images simples pour définir les quatre siècles écoulés de 481 à 888 : aux Mérovingiens sanguinaires, incultes et incapables - à l'exception de Clovis - succédaient des Carolingiens glorieux, conquérants et propagateurs actifs de la foi chrétienne. Les recherches des dernières décennies, fondées sur une réévaluation des sources écrites et sur les progrès de l'archéologie, ont libéré cette période du carcan des idées reçues.
    Si les premiers Carolingiens rassemblent sous leur sceptre presque toute l'Europe occidentale, cette construction brillante se révèle d'une extrême fragilité : en effet, la puissance effective ne vaut que sur une échelle territoriale étroite et le pouvoir central est obligé de collaborer avec les aristocraties locales. Quand apparaît le nom de « Francie », il recouvre une mosaïque de communautés régionales très diverses.
    Ainsi les auteurs de cet ouvrage ramènent-ils les faits aux réalités de l'époque, rejetant les anachronismes et les outrances, négatives ou positives. Ils mettent en scène une société étrangère à la nôtre par ses hiérarchies, ses caractères anthropologiques et ses institutions.
    Cette histoire renouvelée possède un attrait majeur : au-delà des représentations traditionnelles, elle s'efforce d'atteindre le réel.

    2 Autres éditions :

  • En bonne théologie chrétienne, les conciles sont censés être « inspirés » ou « assistés » par le Saint-Esprit, mais force est de constater que leurs annales sont pleines de conflits, coups de théâtre, manoeuvres, aussi bien dans la conduite des assemblées que la rédaction des documents qui en sont issus. Vues de près, les opérations du Saint-Esprit paraissent bien humaines. Cet ouvrage étudie, dans la longue durée et à des échelles différentes, les ressorts historiques de cette « dramatique conciliaire ». Comment comprendre que les acteurs des conciles aient pu être à la fois des tacticiens rompus aux usages de la mécanique des assemblées et des croyants sincères, convaincus que le Saint-Esprit pilotait en sous-main les opérations et que ce combat en apparence politique était en réalité spirituel ? Qu'est-ce que ces convictions nous disent de la nature de ces assemblées si particulières que sont les conciles ?

  • Installé en Gaule et dans une partie de la Germanie, étendu à l'Italie, l'Empire franc a longtemps été considéré comme le coeur politique et religieux de l'Europe continentale auquel se seraient intégrées progressivement, à partir du VIIe siècle, les périphéries septentrionales et orientales occupées par les populations celtiques, anglo-saxonnes, scandinaves, slaves, baltes et hongroises. Destiné à accompagner les étudiants et les enseignants préparant la question d'histoire médiévale pour l'agrégation d'histoire, ce livre propose d'abandonner la perspective exclusivement centrée sur le monde franc et d'étudier toutes les formes de contact entretenues par les sociétés du Nord et de l'Est de l'Europe.

  • Ce volume qui ouvre la série de l'Histoire de France prend pour point de départ la construction du royaume des Francs par la dynastie issue de Clovis, les Mérovingiens, relayés à partir du VIIIe siècle par les Carolingiens qui étendent progressivement la suprématie des Francs sur l'ensemble de l'Europe. Il s'agit donc de montrer, à la fois par le déroulement des événements et par l'étude de thèmes transversaux, comment l'évolution politique a conduit à l'émergence de royaumes dont le centre de gravité se trouve entre la Loire et le Rhin, coeur d'un monde franc plus ou moins étendu suivant les siècles. Si ces royaumes ne préfigurent pas le futur royaume de France, ils en fournissent la matrice et ont longtemps été considérés dans l'historiographie comme le point de départ de l'histoire nationale.
    L'objectif est à la fois de rendre compte des derniers développements de la recherche sur ces premiers siècles du Moyen Age, en privilégiant l'histoire politique et l'histoire des Francs dans son déroulement chronologique, tout en montrant les enjeux historiographiques, l'usage qu'on a fait de cette histoire depuis le Moyen Age jusqu'à nos jours. Mais il s'agit aussi de dresser un tableau de la société et des modes de vie, d'expliquer le rôle crucial de l'Église dans la conception même du royaume franc et de montrer que cette société franque ne vit nullement en autarcie, repliée sur elle-même, alors qu'elle s'insère au contraire dans un très vaste espace d'échanges culturels et commerciaux. Les " Ateliers de l'historien " mettent l'accent sur plusieurs points spécifiques de la recherche : outre une présentation de la particularité des sources de cette période et une synthèse sur l'historiographie du royaume franc, on y trouvera un atelier traitant du pouvoir des femmes et un autre concernant l'usage politique et religieux des images à l'époque carolingienne.

empty