Mouladuriou Hor Yezh

  • Breton Ar gouvidi

    Kristian Brisson

    Ils étaient tous rassemblés à Ti an Tevenn autour d'un repas préparé par la Mère. Son accueil mettra-t-il l'unité et la paix dans le coeur des convives ?

    Après Sonata in E.minor, voici le nouveau roman de Kristian Brisson.

  • Les rues de la Ville-Close sont devenues trop étroites pour Gwenole. Il est fatigué des vieilles fréquentations qui cherchent à le maintenir sous leur emprise, des radotages qui ont nourri sa vie. Il est temps de bouger. Mais la Villa, non loin de là, l'attire tel un lieu magique. Il fuira cependant vers d'autres cieux. Les abers purs de l'Ile Verte apporteront-ils paix et sagesse à son âme tourmentée? Le chemin sera probablement long... Voici sans doute le meilleur roman de l'écrivain.

  • Breton Bed zh

    Paol Ar Meur

    10 nouvelles de science-fiction dans la Bretagne du futur raconté avec une pointe d'humour noir.

  • Breton Ar blouked

    Youenn Coïc

    Ereg aimait ce pays. Il pense qu'il l'aimait encore plus que les personnes qui y étaient nées. Lui, n'était pas natif de ce pays. Il venait d'ailleurs. Cela n'avait pas été difficile de louer une ferme à Pennkaol. Les gens commençaient à déserter la campagne. Les hommes partaient, surtout les jeunes. La vie ne s'y déroulait pas très bien. C'était pareil à la ferme de Pennkaol. Son père était une personne riche et pleine de pouvoir: il avait fait de la politique. Une fois, son grand-père avait été jusqu'à Rome. On pouvait dire que Pennkaol tombait en ruines.
    Ce livre avait été dédié par Youenn Cóic " à l'Emsav et à tous les groupes de révoltés ", du Pays Bigouden et d'ailleurs, aujourd'hui et demain, qui sont devenus des bagaudes.
    " Les Ploucs " est un livre éblouissant, écrit au début des années 70 par un historien à l'esprit empli de jeunesse et de liberté, à redécouvrir en breton.

  • Chal ha dichal Nouv.

    Recueil de poèmes en breton écrits entre 1931 et 1939 par le poète vannetais Roperzh ar Mason.

  • Ganet e voe Primo Levi d'an 31 a viz Gouere 1919 e Torino ha d'an 11 a viz Ebrel 1987 ez eas d'an Anaon, e Torino ivez, kêr vras hanternos Italia.
    Unan eus brudetañ dreistbeverien ar Shoah eo bet. Yuzev italian anezhañ, kimiour dre e vicher, da skrivagner ez eas a-benn diskouez, treuzkas ha displegañ e skiant bet prenet e kamp peurlazhañ Auschwitz, ma voe toulbac'het e Monowitz e-kerzh ar bloavezh 1944.
    Dizilpleg e chom e varv. Lod a lavar ez eo ur gwallzarvoud al lamm en deus graet en e skalieroù, lod all a soñj dezhoeo en em lazhet.
    Skrivet en deus Primo Levi "hag un den ez eus anezhañ" (se questo è un uomo) gant ar soñj e oa limmet dreistbevañ ha testeniañ. War e veno e oa bet rakjedet gant oberierien ar Shoah, ouzhpenn klask enulliñ ur bobl en he fezh, ez afe an torfed e poull an dinac'h hag an ankounac'h, ur wech echu ar brezel. En un danevell skrijus, fromus, terrupl, savet diwall vall, e ro deomp da anavezout buhez pempdeziek kamp Auschwitz ha stourm ar brizonidi evit talañ ouzh ar spont n'en deus anv ebet dezhañ.
    Dezrevellañ a ra, dre fedoù ha munudoù en tu all d'an dic'houzañvus, petra eo bet dizenekaat an eneoù hag ar c'horfoù.

  • Gant al levr-mañ e venner reiñ ton d'an emsavadeg, d'ur c'houlz ma klask tud "zo, betek en Iwerzhon, diskouez he dije gallet an enezenn bezañ dizalc'h hep feulster.
    Kant vloas 'zo, da goulz Pask 1916, en em savas un dornad Iwerzhoniz a-enep gwaskerezh ar Saozon. Ma ne voent ket heuliet gant al lodenn vrasañ eus ar blblañs en Iwerzhon e talvezas avat an darvoud da zigeriñ hent an disalc'hiez evit hor bruedeur tramor. Hag un heklev a voe diouzhtu e broioù all, Breizh en o zouez.
    Gant al levr-mañ e venner reiñ ton d'an emsavadeg, d'ur c'houlz ma klask tud "zo, betek en Iwerzhon, diskouez he dije gallet an enezenn bezañ dizalc'h hep feulster.
    Ken heñvel e c'hell bezañ Iwerzhon ouzh hor bro ma'z eo bet kemeret da skouer alies. Kinnig a reomp d'al lennerien tostaat ouzh gwirionez Emsavadeg Pask dre ar brezhoneg, gant meur a savboent breizhat, hag ober anaoudegezh gant ul lodenn eus mennadoù an emsavidi.

  • Setu un trede lodenn savet gant Fañch Kerrain diwar-benn buhez Mab-den : ar souezh, an douetañs, ar marv.
    Pep hini ac'hanomp a veze prederiet don gant an tri meizad-mañ evit klask kompren ster ar vuhez.

  • Yeun ar Gow nous raconte une légende connue dans l'Europe entière, celle de Kêr Iz. Le peu d'archives de l'époque ne fait pas reculer l'auteur. Il sait créer une Armorique imaginaire pour écrire le récit merveilleux des Bretons. Le lecteur n'a plus qu'à se laisser aller avec le cours de l'histoire.

  • Breton Sant Erwan

    Klerg

    Diwar ar skridoù niverus a denn da brosez santeladur Sant Erwan en deus fellet d'an Ao. Klerg adkavout, dindan o gwiskadoù latin, ar stummoù brezhonek a oa d'an anvioù tud ha lec'hioù meneget gant an testoù. Drezo ivez, hag en tu-hont dezho, mont tostoc'h un tamm ouzh buhez an dud en amzer-hont. An hini kentaén eo bet Klerg o pegiñ el labour-se, ha barregezh a oa gantañ evit hen ober : gouiziek war al latin hag ivez war ar c'hembraeg, pezh na oa ket didalvoud a-wechoù evit kompren gerioù brezhonek 'zo.
    C'est à partir des nombreux écrits autour du procès de la sanctification de Saint-Yves qu'a voulu M. Klerg retrouver, sous les habits latins, les formes bretonnes des noms de gens et de lieux cités dans les témoignages. A travers eux, et au delà également, aller un peu plus près de la vie des gens de cette époque. M. Klerg est le premier à mener ce travail et il en a les capacités : il maîtrise le latin et aussi le gallois, ce qui n'est pas inutile parfois pour comprendre certains termes bretons.

  • Nevez-hañv, marteze, met tamm peoc'h ebet. Un danevell polis en un endro sioul war ar maez na vefe ket soñjet e c'hellfe traoù ken kriz c'hoarvezout ennañ. Karantez ? An Ankou an hini a vo trec'h. Un endro disheñvel a-grenn d'an div zanevell all. Nevez-hañv ? Piv 'oar ? N'eus na gwez na bleunioù d'hen diskouez. Ar mor an hini a ren ar c'hoari... Bepred karantez ha kasoni war un dro evel ma oar an oberour o livañ ken brav.

    Printemps, peut-être, mais aucune paix. Une histoire policière dans un environnement calme à la campagne, où l'on n'aurait jamais pu penser que des événements si cruels puissent s'y produire. Amour ? C'est la mort qui finira par l'emporter. Un environnement tout à fait différent pour les deux autres nouvelles. Printemps ? Qui sait ? Il n'y a ni arbres ni fleurs pour le montrer. C'est la mer qui mène le jeu... Toujours amour et haine mélangés comme l'auteur sait si bien les décrire.

  • Ar re a zo war glask lennegezh aze n'o do ket o gwalc'h, 'm eus aon. N'eus ket eus "Kambr ar Stered" un oberrenn lennegel. Da lavarout eo. n'eus ket da bal dezhi bezañ lennegel. N'eo ket bet savet e-skeud abegoù arzel. Istor ur stourmer eo, ha da gentañ-holl istor ur vuhez, buhez Paol Kalvez.

  • Nils ha Swen. Penaos anavezout an eil diouzh egile? Padal e c'hello ar re dostañ outo dielfennañ a-wechoù perzhioù -sioù?- e daoulagad sklaer an eil pe e daoulagad teñval egile. Na pa vefe bet start ha kreñv al liammoù etre an daou vreur gevell adalek o bugaleaj tener e c'hoarvezo alies ganto mont disparti-krenn war an hentoù a vo tonket dezhe bale warno. Koulskoude e tremeno ur vezañs en o buhez ha ganti e savo freuz ha reuz hag a c'hellfe treiñ da gasoni, allas!...
    Lusk-dilusk ez aio an darvoudoù en-dro war don ar Sonata in E. Minor, laouen ha trist tro-ha-tro. Ha pep darvoud a vo heñvel a-walc'h ouzh unan pe unan eus ar pevar luskad a ya d'ober ar pezh sonerezh-se. Hag ouzh he selaou e tigor dor ar fromoù.

  • Breton Langleiz

    Xavier De Langlais

    Après une préface d'Erwan Vallerie, nous présentons au lecteur la deuxième pièce de théâtre de l'auteur.
    La traduction française est de l'auteur lui-même.
    Vient ensuite la partition musicale que Georges Arnoux avait écrite pour cette pièce, suivie d'une bibliographie complète des oeuvres de l'écrivain.

  • Setu embannet eil levrenn va c'hentañ amzervezh war 1500 metrad a uhelder, ouzh adsteudadoù an Andoù. Ha se eus 1963 da 1968. Distroet e 1973, e chomin adarre tri bloaz war an evelhep "montaña" evit echuiñ ur c'houlzad all a dro bloaz war 3500 metrad, gant ur c'hrapad da 4000 metrad evit ober ar person en iliz-kador uhelañ ar bed goude hini Potosi e Bolivia. Lenner yezhkarour, e-mesk pour ha triñchin, e c'halli marteze pennaouiñ un draig bennak hag a blijo dit.

    Prêtre, Youenn Troal a été envoyé par son évêché, suite à sa demande, au Pérou en tant que missionnaire. Il y est allé deux fois, entre 1963 et 1968 et entre 1973 et 1979. Pour garder des contacts avec ses amis en Bretagne, il leur envoyait parfois des documents écrits qu'il appelait "Ar C'hrist d'an Indianed". C'est donc un journal dans lequel il raconte sa nouvelle vie, ses réflexions, ses difficultés mais aussi ses bonheurs.

  • Tereza a travaillé pendant 28 ans pour Mouladurioù Hor Yezh. Au long des années, elle a écrit des poèmes. Voici rassemblés un choix d'entre eux qui témoignent de ses sources d'inspiration : la nature, la mer, la vie, l'amour sous toutes ses formes, avec de temps en temps une pointe d'angoisse car l'angoisse fait partie de notre quotidien.

    E pad 28 vloaz he deus labouret Tereza evit Mouladurioù Hor Yezh. A-hed ar bloavezhioù he deus skrivet barzhonegoù. Setu un torkad anezho hag a ziskouez pere 'oa mammennoù pennañ hec'h awen...

empty